Dix plantes compagnes…

Par un bel après-midi ensoleillé, je décidais d’aller à la rencontre de nos compagnes. Embarquant mon sac, ma gourde et ma clé de détermination, je m’élançais sur les sentiers de la région des Paccots, tout proche de mon domicile.

Quelle ne fut pas ma surprise, après seulement une dizaine de pas de rencontrer une belle étoile bleue attirant abeilles, bourdons et autres hyménoptères. La bourrache sera ma première compagne, tant pour sa beauté que pour ses propriétés mellifères ou pour les soins qu’elle peut apporter à la peau.

Voisine de la bourrache et complémentaire par sa couleur orangée, le soleil du jardin, appelé souci, sera ma seconde compagne pour aujourd’hui. Par ses vertus anti-inflammatoires, son huile est très précieuse pour qui se frotte aux savoureuses orties qui bordent la suite de notre chemin. En lançant un dernier regard à ce beau jardin, une majestueuse plante attire le coin de mon oeil : l’élégante guimauve. Un souvenir heureux me revient : l’odeur et le fin goût des pâtisseries à la guimauve de me grands-parents…

Au fil des pas, les prés cèdent leur place gentiment aux forêts et à leurs sous-bois enchanteurs. Hêtres et sapins emplissent les cieux, aspérules et pains de coucou occupent le sol. Que ces sous-bois seraient tristes sans leur présence ! Ces petites plantes ont un goût bien particulier : nos ancêtres ont relevés leurs propriétés gustatives et médicinales au cours des siècles.

Profitant du bruit des cloches de vache en fond sonore, j’apprécie avec délice l’ombrage des sureaux noirs. Quel parfum enivrant ! Leurs baies savoureuses ne sauraient tarder après ce bel été ensoleillé.

Sur les bords de mon chemin, quelques feuilles de tussilage me rappellent que la neige quitte premier lieu ces coteaux. Le spectacle doit être magnifique à la fonte des neiges lorsque ces fleurs apparaissent mêlées à leurs autres compagnes
précoces : les crocus.

Après, les prés ensoleillés garnis de graminées, de millepertuis et autres herbes puis les forêts, j’atteins finalement les alpages typiques des Pré-Alpes. Une reine des alpages m’y accueille avec son port gracieux : la gentiane jaune.

Et voilà, suite à ce bel après-midi, mes dix compagnes sont choisies et la cueillette est en bonne voie !

Fiches détaillées, à télécharger

Aspérule (Galium odoratum L.)
Bourrache (Borago officinalis L.)
Gentiane (Gentiana lutea L.)
Guimauve (Althaea officinalis L.)
Millepertuis (Hypericum perforatum L.)
Ortie (Urtica dioica L.)
Oxalis – pain de coucou (Oxalis acetosella L.)
Souci (Calendula officinalis L.)
Sureau noir (Sambucus nigra L.)
Tussilage (Tussilago farfara L.)